Prendre le large # 3





Dans les marais salants de Guérande, un soir d'été 2018.

Quand le soleil fait miroiter le sel dans les oeillets.

Un spectacle féérique.


J'ai redécouvert ces photos, dernièrement... une envie de les faire revivre, une envie de les associer à une réalisation textile... en voile recyclée, par exemple ;-)


Mon stock de voile s'est réduit comme une peau de chagrin ! Les restes sont parfois tachés (encore de petits cadeaux de l'Amoco Cadiz sur le rivage breton dans les années 80) ; ce sont ces reflets dorés qui m'ont donné l'idée de masquer les taches par des coups de pinceaux dorés.


Je cherchais une idée pour utiliser le transparent des voiles ( bien conservé et résistant) ; il a servi de protection à la peinture et aux coquillages.




Bien sûr, il n'était plus possible de couper de grosses pièces ; j'ai reconstitué la grosse 
pièce du dos par un patchwork de petites... un peu à l'image de la structure du marais salin.


Pour la poche de devant, une empreinte de carrelet prise entre le transparent et un bout de voile jaune, un essai de gyotaku que j'avais soigneusement gardé (un test avant de passer au store, à voir ICI)





Pour la doublure, du lin imprimé tiré du stock.




Et voici le cabas !




Commentaires

  1. je me rappelais pas cette technique du poisson mais que c'est original!!! Bravo pour la mise en scène, et la sublimation par le coup d'or!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Flo !
      Un sac qui fait les fonds de tiroir :)
      Et c'est très bien : je continue à déstocker !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Un tricot iodé

Encore une chemise Cliff

Des capucines