Patchwork automnal







pour 
deux jupes
en velours.





Le modèle : une jupe réalisée bien avant l'existence de I... comme D






La jupe réalisée aujourd'hui  est plus sage, plus classique...
Un mélange de deux velours noirs : côtelé et lisse à pois (des restes du pantalon)
Un coton satiné pour la poche, la parmenture de la ceinture et le volant.


Deux tissus seulement, mais j'ai également joué sur le sens des côtes : horizontales, verticales, de biais.

 







Même tissu pour la poche et le bord







La braguette, ma bête noire !

 





Double roulotté pour le bas de la jupe et le volant





Premier accessoire :



Deuxième accessoire: une étole dans le coton satiné qui présentait une alternance d'uni et d'imprimé


Les bords de l'étole ont été également doublement roulottés


Et puis une petite touche de rouge (deux teintes) sur l'imprimé, brodé partiellement, à la machine.




J'ai essayé de mieux faire... mais bon, photographier du noir reste difficile pour moi !




JAY JAY JOHANSON

Antitode
Coincidence

Cockroach 

Commentaires

  1. Belle réalisation et c'est vrai je préfère la version monochrome.... mais tellement subtile
    variations au noir à la Soulages! et le premier accessoire semble s'initier à la variation lui aussi!!!
    belle soirée, à très vite

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci !
      Ta préférence ne me surprend pas ;-)
      Deux jupes pour deux usages différents...
      A propos des tableaux de Soulages, là aussi, j'avais eu des difficultés pour photographier le noir !

      Supprimer
  2. que de jolies choses !! Excuse moi de ne pas être venue voir ton blog depuis le début de semaine (beaucoup de travail !), du coup je me régale les yeux deux fois plus car il y a beaucoup de choses à voir :D vraiment splendide!
    Originale l'idée des lacets ! J'adore le foulard, très soyeux !
    je reconnais ce chanteur, nous l'avions découvert ensemble à Strasbourg :)
    je t'embrasse <3

    le chat perché

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, merci !
      Effectivement, c'était en décembre ; Luc Arbogast présentait son nouvel album... c'était sur le parvis de la cathédrale, devant la maison Kammerzell, il était en tenue de troubadour du Moyen-Âge, au milieu d'un attroupement de badauds, dans le froid, la grisaille illuminée par la féérie de Noël... un autre temps !
      Bises

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Drôles d'oiseaux

Au fond d'un petit jardin parisien

Une grosse bévue !?