PULL D'ARCHIVES



... que je porte toujours,
et surtout à cette saison,
chaud, léger et lumineux
comme le printemps ! 



 
Il a entre quinze et vingt ans ( je ne sais plus ) mais il ne fait pas son âge ! Vous ne trouvez pas ? Il a été réalisé à l'époque des longs trajets sur autoroute vers l'Alsace ou les Alpes : pendant que les roues avalaient les km, moi je produisais des mailles... histoire de tromper l'attente !



Tricoté avec des aiguilles 3,5 /4 et un fil dont je me souviens vaguement : Phildouce(?) laine et mohair (?) qui n'existe plus depuis longtemps !!!...Dommage  pour sa large palette de tons. Enfin, le pull a bien résisté aux multiples lavages...en machine !


Ce pull marque également le début de ma période "jacquard" et l'acquisition de cette technique : un fil sur chaque index ou un fil autour du cou et l'autre sur l'index droit... Petite satisfaction... d'autant plus qu'enfant, j'étais fascinée par ces dames qui, tout en bavardant et regardant ailleurs, tricotaient des chaussettes (donc cinq aiguilles dans les mains) à des vitesses vertigineuses ! La phrase de ma mère résonne encore : " Il ne faut pas lâcher les aiguilles, c'est l'index qui travaille !"
Et vous quelle technique ? aiguille coincée sous le bras ? aiguille au-dessus de la main ?









Les points : godron, jersey, côtes 1/1 et 2/2 pour les côtés
Aucun modèle, motifs au gré de l'inspiration du moment...


Et en complément : des bonnets (il en manque un...)  










Dans mon carnet des temps anciens, mon pull s'intitulait : "Jacinthe"   :-D))) !!!

Jardin pour la Paix à Bitche
Kean ;
   Sunshine et Your Eyes Open ; Hopes and Fears
  Clear Skies ; Night Train

Commentaires

  1. On ne joue pas dans la même cours :) Le jacquard c'est encore très approximatif de mon côté ;)
    Et en ce qui concerne la technique, j'essaye de me rééduquer pour ne plus lâcher l'aiguille mais c'est dur :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais bien sûr que l'on joue dans la même cour !!! La cour est grande... Le jacquard, on s'en fait tout un monde, il n'y a pas de quoi!! Le travail que tu as effectué sur les manches de ton pull est bien plus délicat ; un pull qui se met bien en place, c'est une tâche bien plus délicate ! La "rééducation", comme tu dis en vaut la peine, après on gagne en vitesse et en régularité de tension du fil... moi aussi je me suis rééduquée, tu penses bien que les conseils de ma mère il y a quelques années pffff!!...

      Supprimer
  2. Sans modèle ? C'est assez impressionnant. Surtout avec le point de godron, j'ai mis un moment à réussir à enchainer les changements de couleur comme il faut.
    Et bien moi c'est fil derrière le cou toujours et en toute occasion, du coup (avec un p) j'ai un peu de mal quand je tricote du jacquard, j'ai du mal avec seulement les doigts. Mais c'est vrai que ne pas lâcher l'aiguille, ça fait vraiment aller plus vite.

    Épatant comment certains fils résistent au temps. Le plus vieux dans mes placards doit à peine avoir 15 ans, mais ce sont des torsades. Je le montrerais à l'occasion.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon, nous sommes apparemment en stéréo sur la toile : le temps de répondre à ton premier commentaire que ton deuxième apparaît...
      Oui c'est vrai, quand le fil est autour du cou, c'est le pouce qui travaille.
      J'avais tricoté un autre pull avec le même fil : une mosaïque de carrés ; et bien, il a très mal vieilli... c'est surprenant ! Ce sera l'occasion d'en tricoter un neuf ;-)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Aux couleurs du mois de mai alsacien

La forêt en bouteilles

Laine des prés-salés