La Somme bleue


coule, indolente, vers son embouchure.
Sur les bancs de sable, des oiseaux criards se chamaillent.



Pour se protéger du vent glacial
et jouir du spectacle,
un plaid.


Tissu imitation peau de mouton (MT)
Le carré a été festonné au crochet.



Une poule d'eau, un courlis et une avocette
en velours lisse gris
ont été appliqués


























Commentaires

  1. un plaid douillet et de circonstance, il va bien à la mer...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Flo :)
      Ma façon de garder un souvenir : l'émotion suscitée par un lieu se traduit souvent par une transposition à l'aiguille ou une envie de gateau... le faire et le déguster in situ avec une tasse de thé... bien plus qu'un petit plaisir !!!

      Supprimer
  2. tes photos sont tout un monde de poésie et le plaid aussi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci :)
      L'endroit est de toute beauté et très inspirant. Un endroit où je me suis ressourcée, un endroit aussi qui semble imperméable aux turbulences du moment...
      Ceci dit, la Somme peut être grise aussi !

      Supprimer
  3. superbe! dis donc ce ne sont pas les oiseaux de laMare aux chats???

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci !
      Oui, tout à fait, toujours ces même silhouettes que j'aime beaucoup avec ces becs tellement différents

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

On est le 27 !

Du lin, des plumes et des triangles

Le temps des confitures